Et si je vous racontais comment on crée une table ronde qui déchire à VEM

Et si je vous racontais comment on crée une table ronde qui déchire à VEM

Le blog VEM est toujours un plaisir, à la fois à lire et à la fois à y partager des articles et points de vue.

L’année dernière j’avais même fait une vidéo sur le fait que les professionnels étaient pris entre le marteau et l’enclume, ente la technologie et l’humain.

Comme chaque année, c’est avec plaisir que je prends ma plume pour apporter ma pierre à l’édifice. Chaque année, il faut se surpasser pour proposer un article digne des lecteurs du blog qui sont exigeants, normal, ils sont participants à VEM pour la plupart. Ce n’est pas bien compliqué, il y a tellement de thématiques et de sujets passionnants traités lors de VEM que l’on pourrait presque écrire un livre sur les enjeux numériques dans le tourisme.

L’importance de l’humain

Depuis que je participe à ces manifestations, on ne cesse de répéter que la place de l’humain est primordiale dans la relation numérique. Cette place semble prendre de plus en plus d’importance au fil des années…. En fait c’est l’importance que nous lui accordons qui prend plus d’espace.

Cette année, plutôt que d’écrire un article à propos d’une des thématiques traitées dans un des ateliers que j’ai le plaisir d’animer, je vais plutôt vous expliquer, vous décrire, comment nous travaillons pour vous proposer des ateliers au top. Vous verrez, c’est beaucoup de temps, beaucoup de réflexion, de brainstorming, d’échanges et, surtout, beaucoup de passion.

C’est Benoit Dudragne qui est le responsable éditorial des ateliers de VEM. Il a d’autres responsabilités dans l’organisation de Voyage en Multimédia. Nous sommes 4 animateurs principaux, chacun responsable d’un cycle de table ronde. On trouve Claude Bannwarth, Ludovic Dublanchet, Vivian Vidal, Sylvia Andriantsimahavandy et moi. D’autres animateurs participent, mais plus ponctuellement.

On commence dès septembre

C’est donc dès le mois de septembre que nous travaillons avec Benoit. Chaque saison de Voyage en Multimédia a une thématique, c’est autour de cette thématique que nous construisons les tables rondes. Mais on ne se limite pas à cela, c’est aussi ce qui préoccupe le secteur, les grandes nouveautés, les innovations qui vont nous inspirer pour les sujets des ateliers.

Le travail avec Benoit est particulièrement productif, il a une vision plus globale des enjeux numériques dans le tourisme, j’ai une vision qui touche plus le monde de l’hébergement. Pendant un bon mois, on avance sur les thématiques. Je commence par lister une vingtaine de thèmes qui me paraissent importants, qui répondent à des préoccupations des acteurs professionnels. On travaille sur un document partagé, dans le nuage… Chaque thème est alors disséqué, on annote nos idées, les messages importants, les enjeux, les besoins pour les acteurs … c’est un pur concentré ce document. On fait quelques conférences téléphoniques, ça représente des heures de travail.

Mais quels thèmes va-t-on traiter ?

Enfin, début octobre, la short list est créée. On a nos 6 ateliers, on travaille encore un peu à façonner le bon titre, la bonne accroche et je produis un descriptif de l’atelier. Je note aussi, pour mon rôle d’animateur, les grandes directions et les questions importantes que l’on souhaite aborder. Mais attention, ce sont des tables rondes, on ne sait jamais où la discussion va nous mener.
Le gros du travail est d’injecter une connaissance métier. On ne souhaite pas faire un atelier sur l’importance des avis clients juste parce que c’est à la mode ou tendance. On cherche avant tout à apporter un autre éclairage, une nouvelle approche aux professionnels. C’est toujours cette révolution numérique et tout ce qu’elle bouleverse, on essaye de montrer à l’audience comment en tirer parti, de cette révolution. Ça parait simple, en le lisant comme ça, mais c’est plus complexe que cela en a l’air. Par exemple, cette année, l’atelier sur les avis clients traitera de la manière d’utiliser ceux-ci dans le marketing de l’établissement. On ne va pas revenir sur l’importance des avis, sur la nécessité de répondre, etc, mais plutôt sur la source inépuisable qu’ils représentent pour améliorer et affiner son marketing. Si vous vous demandez comment rédiger les meilleurs descriptifs à propos de votre établissement, ou comment trouver des promesses différenciantes, venez donc à cet atelier. On vous prépare une étude de cas avec Arnaud Maes, aux petits oignons …

L’atelier E29 – L’avis client comme source d’inspiration marketing



Tout ça pour arriver à ça ….


Trouver les bons intervenants

Une fois les ateliers déterminés, vient ensuite le temps d’identifier et de solliciter les intervenants. C’est le gros du travail. Il faut trouver, rien que pour le cycle « hébergeurs » une bonne vingtaine d’intervenants, ceux qui viennent partager. Il faut identifier les experts de la thématique, les contacter, voir avec eux s’ils ont quelque chose à dire (accessoirement valider le fait qu’ils savent parler en public, ce n’est pas si évident que ça), comprendre leur message. Souvent, ils m’apportent un autre éclairage sur la thématique et permettent d’ajuster le contenu. Cette étape me prend bien deux mois, je passe au moins 45 minutes au téléphone avec chacun, je prends des notes, je conserve leur message. Des fois, on se parle plusieurs fois par téléphone. J’essaye pour chaque atelier, d’avoir un expert, un prestataire et un hôtelier témoin, qu’il y ait un certain équilibre.
C’est aussi, pour moi, l’occasion de faire des formidables rencontres, c’est comme cela que j’ai rencontré Solenne Devys. Elle participe à l’atelier sur le changement de métier de l’hôtelier. Elle est Directrice produit et communication de Okko Hotels. Okko est cette chaîne qui révolutionne l’hôtellerie, qui propose autre chose que juste des chambres avec une salle de bain dans un coin, mais des véritables espaces de vie, d’échanges, des espaces conviviaux… Okko participe, avec d’autres, à la création d’un nouveau métier. Si vous êtes hébergeur (et même si vous ne l’êtes pas), venez à cet atelier pour percevoir la modification des comportements des voyageurs, leurs nouvelles attentes et besoins. Venez écouter Solenne, c’est fascinant. D’autant plus qu’elle sera accompagnée par Thibault Viort, Chef Disruption chez AccorHotels … je sens que je vais l’interroger sur le nouveau concept hôtelier Joe&Joe qui nous promet une hôtellerie différente.

E8 L’hébergeur touristique: un nouveau métier

Conclusion

Bon, j’arrête ici, j’en suis déjà à 1 000 mots et en faire trop est contreproductif, je vous remercie déjà d’avoir lu jusque-là. J’espère vous avoir montré un petit bout des coulisses, comment nous préparons ces tables rondes, comment nous identifions les intervenants et comment on essaye d’en tirer le meilleur pour vous, pour vous faire prendre conscience des grandes évolutions, des prochaines problématiques et surtout, d’apporter des réponses et des leviers pour exploiter le digital dans votre établissement.

Je vous dis à très bientôt, à Cannes, pour une édition #VEM8 de folie !

Thomas Yung

The following two tabs change content below.
Thomas Yung est fasciné par la révolution numérique. Il cherche sans relâche comment la mettre au service de l'entreprise touristique, ses clients et ses équipes. Thomas a fondé le cabinet Artiref qui accompagne les hôteliers dans leur mutation digitale. Il est aussi fondateur de My-hotel-reputation, un prestataire de solution de e-reputation. Il enseigne à l’université d'Angers, l'ESTHUA

Leave a reply